J’ai testé: la teinture Izink d’Aladine

izink

Pendant l’été j’ai été contactée par le site Creavea, boutique de vente en ligne de fournitures pour les loisirs créatifs, pour tester un des nouveaux produits de leur rayon couture-mercerie: les teintures à froid Izink d’Aladine.

Ce sont des teintures liquides « Made in France » disponibles en 14 couleurs qui permettent de teindre des fibres naturelles (coton, soie et lin).  Cette teinture s’applique un peu comme de la peinture, à l’aide d’un pinceau ou d’un rouleau en mousse. Lorsque le textile teinté est sec, la couleur est fixée au fer à repasser. Il peut alors passer en machine à 40°C.

teinture izink

Les couleurs sont miscibles entre elles et diluables à l’eau: on peut donc obtenir une large palette de teintes avec des nuances plus ou moins intenses.

Parmi les 14 teintes disponibles dans la gamme, j’ai pu en sélectionner 4. Mon choix s’est porté sur les couleurs qui se rapprochaient le plus des couleurs primaires (bleu pastel, jaune camomille, rouge santal et bleu sky) pour tester des combinaisons et tenter d’obtenir des couleurs secondaires (vert, orange et violet) ou tertiaires.

4couleurs

Jusqu’à présent je n’ai utilisé que des teintures à chaud, sous forme de poudre,  où il faut dégainer la casserole de compèt’ ou la machine à laver et le kilo de sel, si on veut teindre tissu ou vêtement. J’étais donc très curieuse de tester cette teinture « à froid », promesse d’une utilisation simplifiée.

En général quand j’utilise de la teinture c’est pour modifier la couleur de ma « matière première » (tissu, biais, dentelle…), très rarement pour teindre un vêtement ou un objet fini (à part quand il s’agit de redonner vie à un jeans noir ou bleu marine délavé…). J’ai eu quelques mauvaises surprises par le passé qui m’ont encouragées à abandonner les expériences de ce type ;) ; comme par exemple la housse de couette qui ressort marbrée parce qu’elle n’avait pas assez d’espace dans le tambour de la machine pour se déployer correctement et développer une couleur homogène, ou encore le t-shirt qui prend bien la teinture sauf au niveau des coutures car le fil utilisé est en polyester…

Je ne me sers pas non plus de la teinture pour obtenir des effets comme le tie-and-dye ou autres, même si je trouve ça marrant à faire, je ne me vois pas trop porter ce genre de motif ou l’utiliser dans mon intérieur.

En résumé j’attends d’une teinture qu’elle me permette d’obtenir la teinte précise que je cherche avec un résultat homogène. Comme si, finalement, j’avais acheté un morceau de tissu ou de ruban uni en magasin. Oui, oui… On frise les sommets de la créativité! Mouah ah ah! Mais que veux-tu j’aime l’uni!! :P

C’est un peu un message en forme d’avertissement, car c’est finalement ce critère principal (homogénéité/uniformité de la teinte obtenue) qui m’importe quand je juge une teinture! (Et c’est aussi pour que tu ne sois pas trop déçu de ne pas voir de techniques mettant en oeuvres des mélanges de couleurs psychédéliques! :P ).

Le problème avec la teinture en poudre c’est que c’est assez compliqué de faire des dosages et mélanges précis (et donc reproductibles) quand on veut teindre de petites surfaces de tissus. Les pigments étant purs (il en faut environ 1g pour teindre 250g de tissu) il faudrait  pouvoir être en mesure d’en peser quelques milligrammes à chaque fois. Or les balances de cuisine sont (au mieux!) précises au gramme près donc… C’est pourri!! :D (Oui… Je pourrais investir dans une balance de laboratoire beaucoup plus précise, mais quand tu sais quel prix cela coûte, eh bien tu te dis qu’il est plus sage d’essayer de trouver une autre solution! ^_^)

De ce point de vue la teinture liquide semble très intéressante: les pigments étant en solution, en utilisant les bons outils (cuillères doseuses, pipette…) on peut reproduire plusieurs fois le même mélange sans trop d’imprécision.

La teinture Izink a un peu une consistance de gouache diluée: contrairement aux bains de teintures colorés mais translucides, la solution est turbide. Cette caractéristique est plutôt pratique quand on réalise des mélanges car cela permet de mieux apprécier la couleur que l’on va obtenir au final. La teinte finale du textile est très fidèle à celle que l’on voit dans le pot au moment du mélange quand on utilise la teinture « pure ».

C’est donc très ludique car on peut faire sa petite tambouille en mixant les diverses couleurs jusqu’à obtenir la couleur qui nous intéresse (comme on le ferait avec de la peinture) puis faire varier son intensité en ajoutant plus ou moins d’eau. Avec une teinture « classique » on ne peut juger de la teinte finale qu’une fois la session de teinture terminée.

Avant de me lancer dans un « grand projet », j’ai décidé de tester cette teinture, son application, sa miscibilité, sa tenue et de te faire part de mes observations.

De mon point de vue c’est important de connaitre les avantages et les limites d’un produit pour pouvoir l’utiliser de façon optimale.

Du coup j’ai dégainé un morceau de popeline de coton blanche (avec un aspect légèrement gratté) et un morceau d’interlock de coton blanc, que j’ai débités, après décatissage, en carrés de 12cm de côté.

Dans un premier temps j’ai employé le mode opératoire décrit dans cette vidéo:

J’ai utilisé un rouleau en mousse ou un pinceau plat assez large pour appliquer la teinture sur les 2 faces des carrés de tissus. Je les ai laissés sécher à plat avant de fixer la teinte au fer à repasser et de passer tous les carrés à la machine à laver.

J’ai testé les couleurs pures, mélangées entre elles et diluées. J’ai réussi à obtenir pleins de teintes différentes sauf du violet! Je pense que pour obtenir cette couleur il aurait fallu que je parte de la teinte Dahlia plutôt que du rouge Santal…

palette de couleurs

1)Jaune Camomille pur – 2)Rouge Santal pur – 3)Bleu Pastel pur – 4)Bleu Sky pur

5)Jaune/Eau 1:3 – 6)Rouge/Eau 1:2 – 7)Bleu Pastel/Eau 1:15 – 8)Bleu Sky/Eau 1:15

9)Jaune/Eau 1:10 – 10)Bleu Pastel/Jaune 1:5 – 11)Bleu Pastel/Jaune 1:1 – 12)Bleu Sky/Eau 1:30

13)Jaune/Bleu Sky 5:2 – 14)Bleu Pastel/Rouge 1:3 – 15)Bleu Pastel/Rouge 1:1 – 16)Bleu Sky/Rouge 3:1

17)Jaune/rouge 1:1 – 18)Jaune/Rouge/Bleu Sky 1:2:1 – 19)Bleu Sky/Rouge/Eau 15:1:30 – 20)Bleu Sky/Rouge 1:1

J’ai noté qu’il fallait environ 4ml de teinture pour colorer correctement un carré de popeline et 9ml pour celui d’interlock. Je me suis basée sur cette observation pour, par la suite, créer des mélanges de couleur sans gaspiller de produit.

A partir du moment où le pinceau entre en contact avec le tissu, la teinture va se diffuser dans la fibre. Il faut donc être assez rapide lors de l’application si l’on veut éviter des auréoles plus foncées. Lorsque l’on compte appliquer une solution diluée à l’eau il faut bien s’assurer qu’elle est homogène (le meilleur moyen c’est d’utiliser une petite bouteille comme shaker…) sinon on obtient des zones plus ou moins colorées et dans le cas de mélanges de couleurs, des zones où ressortent une couleur du mix plutôt que la teinte qui en résulte.

Donc, d’après cette observation (et si comme moi tu es psychopathe de l’uni! ;) ), je pense qu’il faut réserver ce produit pour teinter de petites surfaces et pas des vêtements ou un grand morceau d’étoffe, à part si, évidemment on recherche cet effet un peu marbré.

Une fois les carrés de tissu teints, je les ai laissés sécher à plat, comme dans la vidéo, sur des plaques en polystyrène transparent (récupérées sur de vieux cadre Ikea…).

Quand j’ai voulu récupérer les carrés de tissu secs, je me suis rendue compte:

1) qu’ils avaient un peu collé à la plaque et que la face du tissu en contact avec cette dernière était recouverte d’auréoles. Chocoboules.

2) que même sur la « bonne » face il y’a une légère différence de couleur entre les bords du carré et l’intérieur. Chocoboules bis.

Face sup:inf

En fait lorsqu’on imprègne l’étoffe, la teinture est appliquée en léger excès (pour couvrir rapidement la surface et éviter les « traces » de pinceau). Du coup, pendant que le tissu sèche à plat, la couleur continue de se diffuser dans les fibres et par capillarité elle se dirige vers l’extérieur du tissu, donc vers les bords du carré, ce qui explique que la couleur soit plus foncée à cet endroit. Une partie de la teinture appliquée va également se déposer entre le carré de tissu et la plaque de plastique (gravité oblige! ;) ), sécher et créer les auréoles que l’on voit sur l’envers.

carré sup:inf

Pour éviter ces effets indésirables il faut donc éliminer le surplus de teinture et faire en sorte que le tissu sèche plus vite.

Mon idée: utiliser des mouchoirs en papier pour absorber le surplus de solution et faire sécher les carrés au micro-onde (je suis du genre à utiliser un bazooka pour éliminer une mouche! mouah ah ah!!).

Donc voici comment j’ai procédé:

- j’applique rapidement et uniformément la teinture sur les 2 faces du tissu,

- je le place entre 2 mouchoirs en papier,

- j’exerce une légère pression sur toute la surface du tissu,

- je récupère le carré d’étoffe et je le dépose sur un morceau de papier sulfurisé (il est quasi sec),

- je lui micro-onde le coin du nez pendant 2min à la puissance max.

Et tadaaaaaa! Mon morceau est teint, la couleur est (presque, rien n’est jamais parfait ma pauv’ Lucette…) uniforme des 2 côtés et j’ai transformé un procédé facile en usine à gaz!! (Ne me remercie pas!! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué??!! :P).

Bon le seul inconvénient avec ma « méthode » (les guillemets s’imposent je crois hi hi hi) c’est qu’elle va surement entrainer une déforestation massive due à une utilisation extensive de mouchoirs en papier. Humm humm… Mais les auréoles c’est vraiment pas possible… :P

Je me suis également rendue compte que l’aspect final du tissu varie selon qu’on utilise la teinture pure ou diluée. Lorsqu’on l’utilise telle quelle, le tissu devient plus raide, même après fixation et lavage. Lorsqu’on l’utilise diluée cet effet carton n’est plus décelable.

Ce détail, plus l’aspect laiteux de la teinture, me fait dire que finalement ce produit est plus une peinture qu’une teinture puisqu’il modifie l’aspect du tissu d’origine. Avec une teinture « classique » on n’observe pas ce genre d’effet.

Par conséquent pour teindre des morceaux de tissus en contact avec la peau (biais, bord-côtes…) je me contenterai d’utiliser la teinture Izink diluée à l’eau, et je l’emploierai pure uniquement quand je réalise des objets de déco, ou des accessoires et que la douceur finale de l’étoffe est moins importante!

dégradé de jaune

Finalement ce n’est pas trop grave de devoir la diluer pour l’utiliser parce que malgré l’ajout d’eau elle conserve de bonnes propriétés tinctoriales! (Et puis comme ça on use moins vite le flacon! ;) ). Par exemple pour le jaune, je me suis rendue compte que je préfère largement la teinte obtenue avec la dilution 1:3 (qui donne un jaune citron…) que celle de la couleur pure! Et en plus comme ça je conserve toute la souplesse de mon tissu!

J’ai également constaté que les couleurs rendent bien sur le coton interlock (même s’il faut mettre plus de produit pour couvrir la même surface…) surtout si elles sont diluées.

popeline:interlock

Du coup j’ai bien l’intention de me servir de ces teintures pour obtenir du bord-côte coloré assorti au tissu principal que j’emploie quand je fais des t-shirts, sweat-shirts, robes, etc.

Donc si je dois faire un résumé de ce test…

J’ai aimé:

- le fait que la teinture soit facile à doser et que l’on soit ainsi en mesure de reproduire plusieurs fois la même couleur (pour peu qu’on prenne le temps de noter les proportions),

- le fait qu’on puisse « voir » la couleur que l’on va appliquer comme si on utilisait de la peinture,

- la rapidité d’utilisation (le produit est prêt à l’emploi).

J’ai moins aimé:

- le mode d’utilisation proposé: en l’appliquant à la lettre j’ai obtenu des couleurs inhomogènes surtout sur l’envers,

- le fait que la teinture modifie l’aspect du tissu lorsqu’on l’utilise pure (l’étoffe devient un peu cartonneuse).

Ce qu’il faut savoir avant de d’utiliser la teinture Izink:

- surtout bien protéger son espace de travail et ses habits (à toi le magnifique tablier en sac poubelle! hi hi hi) et ne pas oublier d’avoir un rouleau de cholapin (de l’essuie-tout quoi! ;) ) à portée de main. Crois-moi tu vas t’en servir (ça va être un vrai champ de bataille!! ;) ),

- réserver ce produit pour la teinture de petites surfaces (je te conseille d’oublier ton idée de teindre un vieux drap de ton arrière-grand-mémé avec, sauf si tu es adepte de l’auréole ou du marbré ton sur ton! ;) ),

- prévoir un morceau de tissu supplémentaire (identique à celui que tu comptes teindre) pour faire des essais (ne serait-ce que pour donner un petit coup de pinceau pour être sûr que la couleur te plait) avant de faire le grand plongeon.

Bon, après avoir testé toutes les propriétés de cette teinture et avoir mis au point un protocole qui me permet d’obtenir le résultat uniforme que j’aime, je me suis sentie prête à me lancer dans un « vrai » projet. Mais ça je t’en reparlerai un peu plus tard! (Suspense, suspense!!! mouah ah ah!!)

A bientôt!!

PS:  Merci beaucoup à Florian de Créavéa de m’avoir proposé ce test! Je me suis beaucoup amusée (bon, ok! un peu énervée aussi quand j’ai vu les auréoles hi hi hi :P ) et j’ai adoré me prendre pour une artiste en mélangeant mes couleurs (j’exagère à peine évidemment!! :P ). Bon par contre j’aimerai savoir à qui il faut que j’adresse la note de teinturier? Parce que mes rideaux blancs n’ont pas trop apprécié les éclaboussures de mes élans créatifs! :)

9 thoughts on “J’ai testé: la teinture Izink d’Aladine

  1. Bravo pour cet article!

    Pour faire des Tshirts psychédéliques, façon Tie&Dye, utiliserais-tu ces teintures Izink ou alors plutôt des choses genre « Tulip one-step tie dye kit » (voir sur Amazon par ex.) ou carrément autre chose?

    Merci d’avance!

  2. Bonjour,
    Merci pour ces tests et conseils très techniques et fort bien illustrés !
    Je souhaiterai teindre le tissu en velours d’anciennes bergères en couleur taupe ( la couleur d’origine étant beige ) …
    Quel mélange de couleurs dois-je faire, et comment procéder ?…
    Je vous souhaite une belle journée

  3. Bonjour Mimolette, ton article est génial et très clair.
    Je souhaiterais savoir si, dans le temps après de nombreux lavages la teinture reste sur le tissu avec le même ton de départ ?

    Merci;

    1. Bonjour Ophélie! Merci pour ton message!;)
      Je trouve ta question très intéressante et du coup je vais ajouter très prochainement un petit Edit à mon article avec des photos des parties teintes de mon t-shirt après moult lavages: je pense que ce sera plus parlant que tout mon bla-bla! ;)
      Mais disons que je suis plutôt satisfaite de la tenue de la teinture dans le temps! Je porte ce t-shirt environ 1 fois par semaine et donc il passe à la machine à la même fréquence.
      Au tout début j’ai observé une très légère décoloration générale des parties teintes (mais je pense que c’est normal, ça le fait également pour certains vêtements du commerce), depuis elles n’ont pas vraiment bougées à part aux endroits de frottement: les bords de poignets, d’encolure et de corps, au niveau de la pliure, sont légèrement plus claires. Je pense que plus la teinte utilisée sera foncée plus cet effet sera accentué. J’espère avoir répondu à ta question! ;) À bientôt!

  4. Salut !

    Contente de te voir de retour sur ton blog !

    J’adore le côté scientifique de tes essais sur la teinture !! Ton plan d’expérience est tip-top, tu te casses la tête mais au moins, au final, tu es sûre de tes résultats, tu sais exactement comment procéder les fois d’après ! Et tu partages tes résultats (comme une bonne scientifique !) (t’es scientifique en vrai dis, hein, dis ?).

    Quand je fais ce genre de trucs, les gens me regardent comme si j’étais folle …

    Ouiiiiii, quand j’achète une crème supposés, par exemple, gommer la peau et la rendre plus lisse, je l’utilise d’abord sur une moitié, genre que la jambe gauche pour voir si ça marche. Parce que 1/ j’aime pas me tartiner de crème, alors le faire pour rien me sur-gave, et 2/ ça coûte la peau des fesses ces produits alors j’ai pas envie d’acheter du placebo.

    Voilà !!!!

  5. Bonjour,
    Test bien minutieux qui encourage à l’achat:)( c’est le but je suppose!!!) mais voilà où trouver ces couleurs en Belgique? les frais de port venant de France étant exorbitants, je renonce à cet achat via Créavéa.
    Votre blog est bien sympa.

  6. bon ben là, on pourra pas te reprocher d’avoir tester à la va-vite ;)
    Original le procédé. J’utilisais plutôt des teintures classiques à la machine, mais pour une couleur précise sur petite pièce… à réfléchir!

  7. Magnifique utilisation de turbide, un de mes mots préférés ;)
    Merci pour le test exhaustif, c’est très intéressant :) – je fais du alabama chanin et c’est parfois délicat de trouver un camaïeu de jersey.
    J’ai hâte de voir le résultat de ces essais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>